Login
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

S'inscrire
Mot de passe oublié?
Newsletter
Navigation

L'ostéoporose (Décalcification osseuse)

DOSSIER: OSTÉOPOROSE

 

C'est quoi l'ostéoporose?
Facteurs de risque de l'ostéoporose
Diagnostique de l'ostéoporose et des fractures
Prévention et traitement de l'ostéoporose
Thérapies spécifiques

 

 

C'est quoi l'ostéoporose?

 L'ostéoporose est caractérisée par une masse osseuse trop basse et une détérioration des tissus osseux, de ce fait les os sont plus fragiles. On parle de «masse osseuse basse ou ostéoporose» si la densité osseuse est significativement inférieure à la moyenne de la densité osseuse des personnes en bonne santé âgées de 20 à 30 ans.

 

ostéoporose
    Figure 1: Os normal comparé à un os avec de l'ostéoporose

 

Pour un squelette sain et jeune, la synthèse et la résorption des os sont en équilibre. Le pic de masse osseuse, la quantité osseuse maximum d'un individu durant sa vie, est atteint entre l'âge de 20 et 30 ans. Le pic de masse osseuse est génétiquement déterminé chez 50 à 80 % des personnes; les hormones sexuelles, l'activité physique, le calcium, la vitamine D et l'état de santé déterminent le reste. Après avoir atteint ce pic de masse osseuse, la densité osseuse diminue. On observe une régression chez les hommes et les femmes en moyenne de 3 à 4 % par dizaine d'années. La diminution d'œstrogènes (hormones féminines) au début de la ménopause est responsable d'une diminution supplémentaire de la densité osseuse chez les femmes (environ 2 % par an, pendant 5 à 10 années). Par après la diminution de la masse osseuse est d'environ 10 % par dizaine d'années (comme chez les hommes). A partir de 75 ans, la perte est d'environ 3 % par dizaine d'années.

 

Facteurs de risque de l'ostéoporose

La présence d'un ou plusieurs facteurs de risque est associée à un risque accru de développer de l'ostéoporose ou la présence d'ostéoporose. Certaines maladies augmentent aussi ce risque. Les affections suivantes peuvent entraîner une diminution de l'absorption du calcium et de la vitamine D avec comme conséquence l'ostéoporose. Le tableau 1 donne un aperçu de tous les facteurs de risque.

 

Facteurs de risque
Maladies augmentant le risque

- Un âge avancé

- Le sexe féminin

- Des antécédents de fractures

- L'utilisation prolongée de  cortisone

- Des antécédents familiaux de fracture (à savoir une fracture du col du fémur chez la mère)

- Un poids corporel bas (< 60 kg)

- Trop peu d'exercices physiques

- Une carence en vitamine D

- Une consommation faible de calcium (< 500 mg/jour)

- Une ménopause précoce

- La prise de médicaments contre l'épilepsie

- La prise de somnifères*

- Fumer

- Les maladies de l'estomac

- L'anorexie nerveuse

- Des perturbations du développement des glandes sexuelles

- Augmentation de l'activité de la parathyroïde

- Un rétrécissement de l'estomac

- La maladie de Crushing qui se manifeste entre autres par un face-moon (visage gonflé) et  l'obésité due à la prise de cortisone

- Le rhumatisme

 

     Tableau 1: Facteurs de risque de l'ostéoporose

* Les somnifères sont une des causes principales de chutes chez les personnes âgées ayant comme conséquence une fracture.

L'endroit de la fracture varie chez les hommes et les femmes en fonction de leur âge. Entre 50 et 54 ans, on observe par ordre décroissant chez les femmes: une hausse du risque de fracture du poignet, des vertèbres, des côtes et de l'avant bras. Chez l'homme, le risque est plus élevé pour les fractures des vertèbres suivi par les fractures des côtes et du poignet. Pour les deux sexes, le risque de fractures dû à l'ostéoporose augmente en fonction de l'âge. Entre  85 et 89 ans, on observe chez les deux sexes surtout des fractures de la hanche (33 % des fractures chez les hommes et 36 % chez les femmes).

Des études internationales ont démontré que presque le tiers des personnes de plus 65 ans tombent une fois par an; 5 % de ces chutes à comme conséquence une fracture. Les conséquences notament des fractures de la hanche sont les plus lourdes: 10 à 20 % meurent, seulement 20 à 60 % de ceux qui survivent retrouvent leur indépendance, 15 à 20 % doivent séjourner dans une institution et 25 à 35 % retournent à la maison mais ont besoin d'aide. Seulement 10 % des cas de fractures des vertèbres demandent une hospitalisation, mais elles sont très douloureuses et diminuent fortement la qualité de vie.

Diagnostique de l'ostéoporose et des fractures

On ne sait pas diagnostiquer l'ostéoporose seulement à l'aide de radiographies RX, sauf en cas de fracture. L'ostéodensitométrie est un examen mieux adapté. La densité "minérale" osseuse est mesurée au cours de cet examen. Une densité minérale osseuse (DMO) trop faible va de paire avec une hausse du risque de fractures.  Etant donné que cet examen est relativement cher et qu'il ne sait pas toujours évaluer correctement le risque de fracture, on le fera si le risque de fractures est relativement élevé; c'est-à-dire pour un score ≥ 4 (ce score est calculé à l'aide du tableau 2).

 

Facteurs de risque

Score

HOMMES ET FEMMES

Causé par une fracture des vertèbres

Utilisation prolongée de cortisone

 

 

4

4

FEMMES

Fractures après l'âge de 50 ans

Age > 70 ans

Age > 60 ans

Fracture de la hanche chez un parent au premier degré

Poids

Sédentarité excessive

 

4

2

1

1

1

1

Tableau 2: indication pour une ostéodensimétrie en fonction des facteurs de risque

 

Prévention et traitement de l'ostéoporose

Le traitement de l'ostéoporose comporte 4 parties: l'hygiène de vie, le mouvement physique et la prévention des chutes, les suppléments en calcium et vitamine D en cas de déficience et un traitement par médicaments.

  L'hygiène de vie

Maintenir un poids normal, boire de l'alcool avec modération, arrêtez de fumer et faire suffisamment d'exercices physiques, c'est très important pour prévenir l'ostéoporose.

Le mouvement est important pour maintenir un squelette en bonne santé. Suffisament d'exercices physiques permettent de maintenir un poids normal. Si celui-ci est normal, la densité osseuse est généralement supérieure que s'il est trop faible.

Presque chaque fracture est précédée d'une chute. La prévention d'une chute mérite une attention particulière. Essayez de faire attention aux aspects suivants chez les personnes âgées de votre entourage:

* Porte-elle des chaussures bien ajustées?

* Peut-elle encore monter et descendre les escaliers facilement? Y a-t-il une rampe?

* Le revêtement de sol est-il bien fixé? Ne risque-elle pas de trébucher sur les coins d'un tapis?

* La personne voit-elle assez bien? Ne doit-elle pas à nouveau faire contrôler sa vue?

* La personne utilise des somnifères? Boit-elle souvent de l'alcool? Essayez de sensibiliser cette personne que cela augmente le risque de chutes

  Calcium et vitamine D

A côté des conseils pour une nourriture saine et une exposition suffisante au soleil, des suppléments de calcium, éventuellement associés à de la vitamine D, sembleront nécessaires. Attention: La prise de calcium et de vitamine D ne constitue pas un traitement pour l'ostéoporose, mais seulement de la prévention!

Le calcium est une substance essentielle et chez les personnes âgées les apports quotidiens seraient souvent inférieurs aux besoins.  La dose quotidienne en calcium chez les personnes de plus de 65 an est de 500 à 1500 mg de calcium par jour. Une dose de 500 à 1000 mg de calcium en supplément est donc conseillée. Une partie est de toute façon prise grâce à la nourriture. Il est conseillé de ne pas dépasser la dose de 1500 mg/j. En faite, un supplément est déjà conseillé à partir du moment où la résorption de la masse osseuse l'emporte sur la production de celle-ci; en d'autres mots à partir de 30 à 35 ans!

La forme des sels calciques (carbonate de calcium et citrate de calcium) que vous utilisez, a peu d'importance. Seulement chez les personnes prenant des antacides pour l'estomac, on conseille le citrate de calcium au lieu du carbonate de calcium pour avoir une bonne absorption du calcium dans le sang.

Il est préférable de le prendre le soir. Le risque de résorption osseuse est supérieur au repos. Si à ce moment il y a suffisamment de calcium dans le sang, les cellules destructrices des os auront moins besoin d'utiliser le calcium au niveau de ceux-ci (et donc de les détruire).

La vitamine Ddétermine la quantité d'absorption de calcium dans les intestins et elle est nécessaire pour une fonction optimale des muscles et du système nerveux. Une déficience en vitamine D est fréquente chez les femmes après la ménopause. Une des causes principales d'un déficit en vitamine D est un manque de vitamine D dans la nourriture, une trop faible exposition à la lumière solaire et une diminution de la synthèse de vitamine D au niveau de la peau vu l'augmentation de l'âge.

On administre généralement une dose de 10 microgrammes de vitamine D3 (=colécalciférol) par jour (400 UI). En cas de déficience grave, une dose supérieure est conseillée, soit 20 microgrammes (800 UI).

En général, des suppléments de calcium et de vitamine D sont conseillés en prévention chez les patients dont le risque de fractures est moyen à élevé comme les personnes âgées de plus de 70 ans dont la densité osseuse est faible, les personnes qui séjournent dans une institution, les patients ayant une maladie chronique des intestins et chez les patients utilisant certains médicaments durant une longue période comme par exemple la cortisone. Vous pouvez toujours demander conseil à votre médecin ou pharmacien à ce sujet.

Chez les patients dont le risque de fractures est élevé, les suppléments de calcium et de vitamine D ne peuvent pas remplacer les médicaments (voir plus loin). Les suppléments de calcium et de vitamine D constituent cependant une partie importante du traitement et sont une association utile et nécessaire. Pour la prise correcte de calcium avec des produits comme l'alendronate nous référons à la rubrique B.3. et à la notice du médicament.

  Thérapies spécifiques 

Diphosphanates

Les diphosphanates sont des inhibiteurs puissants de la résorption osseuse. Ce groupe de médicaments contient des produits comme l'alendronate, l'étidronate et le risédronate.

Parfois l'alendronate est combiné à la vitamine D.

Les diphosphanates sont utilisés quand on a déjà de l'ostéoporose, mais aussi préventivement, surtout chez les femmes dont le risque d'ostéoporose est élevé (par exemple: un manque d'oestrogène après la ménopause). Les diphosphanates sont aussi prescrits chez les personnes prenant de la cortisone pendant une période prolongée.

Les diphosphanates sont absorbés dans les os et se fixent aux cristaux osseux. Lors de la résorption naturelle osseuse, ces cristaux ne savent pas facilement se défaire.  Le risque de (nouvelle) fracture est ainsi diminué.

 Il est très important de prendre correctement les diphosphanates pour assurer une absorption suffisante de ce produit. Pour cela ces médicaments doivent être pris à jeun, c'est à dire 1/2 heure avant ou 2 heures après le repas ou la prise d'autres médicaments. On ne peut pas le prendre avec de l'eau minérale mais bien avec de l'eau du robinet (douce). L'absorption est diminuée de 60 % si vous le prenez avec du café, du lait ou du jus d'orange.

Après la prise de ce médicament, le patient doit rester au moins 1/2 heure assis droit ou debout pour diminuer le risque de problème au niveau de l'œsophage (en restant couché, il peut y avoir un reflux du contenu de l'estomac à cause de cette substance et cela risque d'endommager l'œsophage!).

Seulement si vous mangez quelque chose 1/2 heure après la prise, vous pouvez éventuellement vous coucher.

Calcitonine

La calcitonine est aussi un inhibiteur de la résorption osseuse. Elle est disponible sous forme de calcitonine synthétique de saumon (synonyme = salcatonine)  pour injection ou par le nez. Plusieurs études chez les femmes  après la ménopause, démontrent un effet favorable au niveau de la densité osseuse. Il n'est pas certain que cela puisse aider à éviter les fractures.

Raloxifène

Le raloxifène inhibe la résiorption osseuse après la ménopause en agissant au niveau de récepteurs qui devraient se lier normalement aux œstrogènes. L'effet du raloxifène sur les fractures vertébrales se manifeste dans la première année du traitement. L'effet est du même ordre de grandeur qu'avec les diphosphanates. De plus, le raloxifène diminuerait le risque de certaines tumeurs mammaires. D'autres part, le raloxifène augmente le risque de thrombose, tout comme d'autres substances agissant au niveau des récepeeurs d'œstrogènes.

Tibolone

La tibolone est une hormone synthétique. Avec la prise de tibolone, on a observé un effet favorable sur la densité osseuse. Mais on n'est pas sûre si cela a un effet sur les fractures dues à la ménopause. De plus la tibolone augmenterait le risque de carcinome mammaire. Un suivi régulier est donc nécessaire!

Tériparatide

Dans certains cas, quand d'autres médicaments ne sont pas efficaces, le médecin injectera du tériparatide. C'est aussi donné aux hommes et aux femmes qui doivent prendre de la cortisone pendant une longue période.

 

Produits à base de plantes:

Les produits végétaux comme le trèfle rouge , le soja  et l'actée à grappes - tous les œstrogènes naturels- devraient selon certaines études avoir un effet positif sur la densité osseuse. Que cela réduit effectivement le risque de fractures, n'a pas encore été démontré de façon convaincante.

  Sources