Login
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

S'inscrire
Mot de passe oublié?
Newsletter
Navigation

Addiction au tabac

 

DOSSIER: ARRETER DE FUMER

Aujourd'hui personne ne peut affirmer ne pas savoir que fumer est dangereux pour la santé. Cependant, la Belgique compte encore 27% de fumeurs dont au moins trois sur quatre regrettent leur esclavage. Depuis 2006 on ne peut plus fumer sur le lieu du travail, depuis 2007 non plus dans les restaurants et depuis septembre 2008 dans les lieux publics. Voilà trois raisons de plus pour se débarrasser d'une habitude hautement malsaine et coûteuse: le tabagisme!

 

 

Pourquoi s'arrêter de fumer?

Les problèmes en arrêtant de fumer

Comment se débarrasser du tabagisme?

Conseils pour tenir bon

Quand consulter un médecin?



POURQUOI ARRETER DE FUMER?

Nous savons depuis longtemps que le tabagisme est mauvais pour la santé, aussi bien pour le fumeur que pour les personnes de son entourage. La fumée de tabac contient plus de 3000 substances dangereuses dont 43 sont cancérigènes!

Les conséquences de l'esclavage dû au tabac ne sont pas à prendre à la légère :


- Des affections des voies respiratoires comme l'asthme,  la bronchite chronique et l'emphysème pulmonaire.

- De graves maladies cardiaques et vasculaires comme l'accident vasculaire cérébral, la diminution du diamètre des vaisseaux sanguins et l'infarctus.

- Une hausse énorme du risque de cancer du poumon et d'autres cancers comme le cancer de l'oesophage, le cancer de la bouche et de la gorge, le cancer du pancréas, etc. Pour le cancer du poumon et les cancers du nez, de la gorge et de la bouche, les risques pour un fumeur passif sont aussi grands que pour le fumeur lui-même!

- Des problèmes sexuels: en fumant, la fertilité peut fortement diminuer. Les hommes doivent faire plus rapidement face à des problèmes d'érection. Chez les femmes, la ménopause se manifeste plus tôt.

- Les personnes se trouvant dans un environnement de fumeurs  sont exposées involontairement aux mêmes facteurs de risque. Le tabagisme passif est encore plus dangereux que ce que l'on imaginait auparavant. Les enfants sont très sensibles aux différentes matières toxiques présentes dans la fumée de tabac.

- Si vous prenez la pilule et fumez, vous avez plus de chance de faire une thrombose ou un petit caillot de sang.

- Si une femme enceinte fume ou se trouve parmi des fumeurs (tabagisme passif), cela peut avoir des conséquences graves pour le bébé. Pensons aux bébés prématurés et/ou de faible poids.

Les femmes enceintes et leurs partenaires ont droit à une indemnité s'ils décident d'arrêter de fumer. Quand des futurs parents font appel à un tabacologue reconnu pour se faire accompagner afin de pouvoir arrêter de fumer, ils bénéficient d'un forfait de 120 €. Les partenaires qui veulent aussi bannir la cigarette peuvent recevoir, à côté du forfait pour l'accompagnement, une indemnisation supplémentaire de 55 € pour des médicaments destinés à arrêter de fumer. Pour plus d'informations cliquez ici 
Pour toutes questions concernant le sevrage du tabac, vous pouvez prendre contact directement avec la ligne TABAC-STOP  0800/111 00 ou consultez ce  website

Ne vous laissez surtout pas décourager en pensant: " Je fume déjà depuis si longtemps, arrêter de fumer n'a plus aucun sens". Dès les premiers moments suivant l'arrêt, votre corps commence à réparer les dégâts causés par les années de tabagisme. Par exemple :

- Après 24 heures, le risque d'un arrêt cardiaque diminue.
- Après 1 an: le risque de maladies cardiaques a diminué de moitié par rapport à un fumeur qui n'aurait pas arrêté.
- Après 10 ans: le risque d'un cancer du poumon est réduit de moitié.
- Après 15 ans: le risque d'un accident vasculaire cérébral est le même que pour une personne qui n'a jamais fumé.

A côté de celal s'ajoute  quotidiennement un certain nombre d'inconvénients pour le fumeur :

- Une mauvaise condition physique, ce qui cause des problèmes en pratiquant un sport, en jouant avec les enfants, en montant les escaliers, etc.
- Des traces de nicotine sur les doigts, les dents, le plafond, les rideaux, etc.
- Problèmes de gencives
- Des toux incontrôlables - des vêtements qui sentent la cigarette
- Des partenaires, enfants, collègues et amis qui sont incommodés par la fumée
- La hantise de ne pas avoir assez de cigarettes
- Il y a de moins en moins d'endroits où l'on peut fumer: interdiction dans les lieux publics, sur le lieu de travail, au restaurant.
- Une affaire très coûteuse!

LES PROBLEMES EN ARRETANT DE FUMER

Fumer est un esclavage. Vous êtes habitué à une certaine dose de nicotine (dépendance physique) et à l'habitude de fumer (dépendance psychologique). Quand vous tirez sur une cigarette, la nicotine arrive au cerveau dans les 10 secondes. Le cerveau va s'y accoutumer rapidement en multipliant les récepteurs de nicotine. Cela aura pour conséquence que vous aurez besoin de fumer plus de cigarettes afin de ressentir le même effet. Les cigarettes légères, c'est un mythe. Vous inspirez simplement plus profondément pour obtenir la nicotine. Vous fumez au moins 10 cigarettes par jour, et vous fumez votre première cigarette dans la demi-heure qui suit votre réveil, le risque est grand que vous en soyez esclave.

La dépendance physique cause en arrêtant de fumer des symptômes de désintoxication tels la peur, la nervosité, des troubles de la concentration, des maux de tête, des difficultés d'endormissement, la constipation et une hausse de l'appétit. La plupart de ces symptômes disparaissent déjà 72 heures après avoir arrêté de fumer.
C'est aussi cette dépendance qui fait que les fumeurs allument une cigarette même s'ils n'en ont pas vraiment l'envie.

La dépendance psychologique est moins visible, mais plus difficile à combattre. La nicotine agit sur la partie du cerveau qui règle les émotions. Le tabac agit comme produit de jouissance intimement lié à d'agréables moments de la vie. Il y a l'habitude du tabac et de la cigarette que l'on allume automatiquement en prenant un verre de vin ou une tasse de café. Le tabac peut encore être là comme soutien en cas de tristesse, de fatigue et de stress.

Evaluez vous-même ici votre dépendance à la nicotine.

La crainte de prendre du poids peut être une raison de ne pas arrêter de fumer, à tort cependant: il est vrai que la nicotine augmente l'utilisation d'énergie et réduit l'appétit. Pour ceux qui arrêtent, le métabolisme se normalisera à nouveau, le goût et l'odorat s'amélioreront. La plupart des ex-fumeurs prennent en moyenne 2 à 3 kilos. Un peu plus d'exercices physiques, des "en cas" sains, une nourriture  ni  trop grasse, ni trop sucrée évitent la prise de poids. Il est parfois utile de consulter un diététicien.

La crainte de la rechute met en doute la foi en la capacité d'arrêter. Peu d'ex-fumeurs ont réussi leur projet à la première tentative. Ne soyez pas découragé en cas d'échec. Faites de chaque échec un apprentissage pour une nouvelle tentative!

Un dicton Chinois dit :

                     Donnez-moi du calme pour accepter ce que je ne sais pas changer, 
                        Donnez-moi du courage pour changer ce que je peux changer, 
                        Donnez-moi la sagesse pour faire la distinction entre les deux
.


COMMENT SE DEBARRASSER DU TABAGISME?

Pour augmenter vos chances de réussite, vous devez évaluer deux choses importantes:

Votre motivation: réfléchissez aux avantages consécutifs à l'arrêt. Si vous hésitez, parlez-en  avec votre médecin, pharmacien ou des personnes qui ont arrêté. Vous constaterez que chacun est satisfait d'être délivré de son habitude de fumer.

Votre dépendance à la nicotine: réfléchissez à des questions comme : combien fumez-vous, pourquoi fumez-vous, quand fumez-vous, en compagnie de qui, y-a-t-il  des situations où vous fumez toujours. Rédigez par exemple un journal pendant une semaine, sans changer vos habitudes. Au plus la compréhension dans vos habitudes de fumer sera meilleure, au plus vous serez en mesure de déterminer une stratégie pour apprendre à arrêter de fumer.

Quelques exemples: Allumez-vous toujours une cigarette quand vous buvez du café, alors essayez  une boisson fraîche. Allumez-vous toujours une cigarette en téléphonant, prenez donc un papier et un bic en main. Allumez-vous toujours une cigarette au café, fumez-vous en buvant? L'alcool et le tabagisme vont souvent de pair. Les moments où vous fumez le plus sont ceux où vous êtes le plus vulnérable. Vous devez essayer de trouver une stratégie pour remédier à cette tentation. Fumer, c'est une habitude que l'on a prise, et même si arrêter de fumer est difficile, on peut toujours se déshabituer de ce que l'on a appris.

Les substituts nicotiniques peuvent peut-être vous aider à résister à la tentation. Dés que vous avez décidé de stopper, vous pouvez commencer par fixer une date où vous allez arrêter. Choisissez un bon moment, quand vous n'êtes pas trop préoccupé et que vous savez vous divertir. Prenez environ deux semaines de temps pour vous préparer à la date fixée. Arrêtez en une fois. La recherche montre que les personnes qui arrêtent en une fois, ont une plus grande chance de succès que ceux qui diminuent progressivement.

Veillez à ce que tous les produits pour fumer aient disparu de la maison avant la date fixée. Evitez au début les situations difficiles en séjournant le moins possible dans un environnement où l'on fume. A l'aide de la liste (voir journal) cherchez pour tous les moments possibles où vous avez envie d'une cigarette, trouvez des alternatives. Réfléchissez à ce que vous pouvez faire à la place de fumer, p.ex. téléphoner à quelqu'un, aller en visite chez quelqu'un...

Pour limiter les symptômes de désintoxication et l'envie de nicotine il existe deux types de médicaments:


- Les substituts nicotiniques
Le principe est simple: on prend de la nicotine pour diminuer l'envie de tabac et les symptômes de désintoxication. La recherche montre que l'utilisation de substituts nicotiniques est plus efficace que d'arrêter par la seule volonté.

Il existe plusieurs possibilités:

Gommes à mâcher (Nicorette, Nicotinell). La gomme à mâcher doit être mâchée lentement mais pas en continu. Vous mâchez de préférence jusqu'à ce que la saveur soit forte. La nicotine de la gomme est absorbée dans le sang par le biais de la joue. "Parquez" la gomme après entre la joue et les molaires. Attendez un peu que la saveur disparaisse. Mâchez à nouveau jusqu'à ce que la saveur soit  forte et placez à nouveau la gomme entre la joue et les molaires. Gardez-la une trentaine de minutes, la gomme agit environ une demi-heure. Ne mâchez pas trop fort.

La dose de départ de huit à douze gommes à mâcher par jour est nécessaire pour tenir le coup et pendant une période de huit à douze semaines. Après, vous pouvez diminuer progressivement la dose pendant quelques semaines.


La gomme à mâcher est disponible en deux doses:  2 mg pour les fumeurs de moins de 20 cigarettes par jour et 4 mg pour les fumeurs de plus de 20 cigarettes par jour. Pour les grands fumeurs l'utilisation de gomme de nicotine est insuffisante. La gomme va seulement diminuer l'envie momentanée de cigarette et non le besoin qui y est lié. Pour les amateurs de gomme croquante il existe Nicorette®freshmint. Ne buvez pas de boissons acides (comme du café, des boissons pétillantes) un quart d'heure avant jusqu'à un quart d'heure après la prise de gomme à mâcher!

Patch (Niquitin, Nicorette, Nicotinell, Nicopatch). Le patch de nicotine libère une dose de nicotine en continu. Le patch de nicotine est placé sur une partie supérieure du corps propre et sans poil. Le Nicorette-patch agit 16 heures (pas pour la nuit), les autres patches agissent 24 heures. Si vous ressentez tôt le matin une forte envie de fumer, employez plutôt un patch de 24 heures. Avez-vous par contre des problèmes pour dormir, essayez alors les patches de 16 heures. Les différents patches sont disponibles en trois doses. Il est préférable de commencer avec une dose relativement forte. Elle est de 21 mg par 24 heures pour les fumeurs de plus de 20 cigarettes par jour. Si vous fumez un peu moins, mais que tôt le matin vous avez une forte envie de fumer, vous avez plus de chance de succès avec les patchs de 21 mg par 24 heures. La dose de départ est maintenue normalement pendant 4 à 12 semaines et après vous diminuez progressivement, pas à pas. Cette méthode est fortement indiquée pour les grands fumeurs.

Microtabs ou comprimés sublinguaux (Nicorette). La nicotine du microtab est assimilée par la muqueuse buccale dans le sang. Si vous avez envie d'une cigarette, placez un comprimé sous la langue, mais ne le sucez pas. Le comprimé se dissout de lui-même en 30 minutes environ.              Les trois premiers mois vous employez les microtabs en fonction de vos besoins, par après vous diminuez progressivement le nombre de comprimés. Une dose normale compte 8 à 12 comprimés par jour. Si vous avez des difficultés à vaincre les symptômes de désintoxication, prenez 2 comprimés en une fois. On ne peut pas prendre plus de trente microtabs par jour. Ne buvez pas de boissons acides (comme le café, des boissons pétillantes) un quart d'heure avant jusqu'à un quart d'heure après la prise d'un comprimé!

Comprimés à sucer (Lozenge). Les comprimés à sucer de nicotine  libèrent de la nicotine si on les suce. Si vous ressentez un ardent désir de cigarette, mettez un comprimé à sucer dans la bouche. Ne sucez pas constamment, mais bien jusqu'à une forte saveur. Mettez alors le comprimé entre vote joue et la gencive. Si la saveur est partie, recommencez à sucer. Faites cela jusqu'à ce que le comprimé soit complètement dissout, cela dure une petite demi-heure. Ne buvez pas de boissons acides (comme le café, des boissons pétillantes) un quart d'heure avant jusqu'à un quart d'heure après la prise d'un comprimé!                                                                                           Pendant six semaines, un  comprimé à sucer est conseillé  toutes les  une à deux heures, ensuite pendant trois semaines un comprimé à sucer toutes les deux à quatres heures, vous terminez ensuite pendant 3 semaines par un comprimé à sucer toutes les quatres à huit heures. Le traitement dure environ douze semaines

- Médicaments ne contenant pas de nicotine:.

Bupropion(Zyban®) est un médicament pour arrêter de fumer. Le processus d'action exact  de Zyban® n'est pas tout à fait connu. Il agit principalement sur deux substances chimiques du cerveau à savoir la noradrenaline et la dopamine. Ainsi, les symptômes de désintoxication sont bloqués et l'envie de fumer diminue. Ce médicament est seulement disponible sur prescription.

Varenicline (Champix®) diminue l'envie de fumer et adoucit les symptômes de désintoxication. Cela enlève le plaisir de fumer. Ce médicament est seulement disponible sur prescription.
Si vous avez pris " la boîte de départ", vous pouvez obtenir une intervention de la mutuelle si vous continuez le traitement (sous certaines conditions) à condition d'avoir l'approbation du médecin conseil. Informez-vous auprès de votre médecin.

Produits naturels qui ne sont pas des médicaments:

Fumexit est un produit naturel. Il a un effet favorable sur les symptômes de désintoxication qui se manifestent en arrêtant de fumer.

Nous mentionnons aussi Nicobloc®. Ces gouttes sont déposées sur le filtre de la cigarette. Elles diminuent l'absorption de goudron et de nicotine de 99 % et aident à la désaccoutumance des besoins en nicotine. Malheureusement avec cette méthode, on ne se déshabitue pas vite de fumer.

Certaines mutuelles interviennent dans les frais. Informez-vous auprès de votre mutuelle!  Discutez avec votre pharmacien et/ou médecin du moyen qui vous est le mieux adapté.


CONSEILS POUR TENIR BON
 

Restez vigilant!

A des moments inattendus, vous pouvez avoir envie tout à coup d'une cigarette, faites attention à cela. Assurez-vous que vous avez pensé à quelques alternatives. A la place de fumer, vous pouvez par exemple respirer profondément, vous parler à vous-même, faire une petite promenade, prendre un verre d'eau, aller à la toilette, téléphoner à quelqu'un... Faites en sorte d'avoir toujours une réponse quand on vous propose une cigarette. Expliquez que vous avez arrêté  et que vous ne voulez donc plus fumer. Ne cédez pas. Essayez de changer de sujet si c'est nécessaire. Attention à l'alcool: sous l'influence de l'alcool il est toujours plus difficile de dire non pour fumer. Si vous avez cependant une envie irrésistible de fumer, essayez de remettre cela de cinq minutes. Faites quelque chose en attendant pour vous en détourner. Allez dehors, faites des exercices pour vous détendre, parlez à quelqu'un... De cette manière vous pouvez apprendre à dépasser les moments difficiles. Même s'il y a longtemps que vous avez arrêté, des évènements inattendus et de tension (tant agréables que perturbants) peuvent redonner l'envie d'une cigarette/pipe. Il est important que vous reconnaissiez ces situations. Essayez à ce moment-là de parler avec d'autres de ce que vous vivez et ressentez. Cela soulage. Les autres peuvent vous soutenir et vous distraire pour dépasser ces moments difficiles. Tenez-vous à vos engagements.

Pensez positif
Par exemple " Non, je n'ai pas besoin de fumer pour me sentir mieux" ou " Je ne fume plus maintenant depuis autant de jours/semaines, je veux tenir bon." Complimentez-vous régulièrement parce que vous ne fumez toujours plus. Pensez à une bonne récompense pour vous ( acheter quelque chose d'amusant, un jour de détente, aller au cinéma...) Pour éviter de refumer, essayez de ne plus allumer une cigarette. Ne pensez pas: "Une ce n'est pas grave" ou "J'en ai mérité une" ou " Je vais voir si je trouve cela encore bon". Vous  rendez la situattion encore plus difficile.

 Tout de même refumer

Quand, dans un moment de faiblesse, vous allumez une cigarette, ne la fumez pas. Ecrasez-la. Même si vous avez déjà fumé plusieurs cigarettes, c'est un péché d'interrompre votre tentative. Ne cédez pas trop vite, mais parlez-en. Ne croyez pas de suite que vos  efforts ont été inutiles. Demandez-vous pourquoi cela a raté. Etiez-vous préparé à la situation? Que pouvez-vous faire si une telle situation se représente? Réfléchissez à l'avance à une bonne distraction. Repensez à nouveau aux raisons qui vous ont décidé à vous arrêter. Soyez conscient que ne pas fumer vous a déjà été bénéfique: vous êtes mieux dans votre peau, vous sentez et goûtez mieux, votre condition physique et votre santé se sont améliorées.

Vous pouvez l'apprendre
Les habitudes sont difficiles à changer. Cependant cela vaut la peine de prendre de nouvelles habitudes. Si vous tenez bon pendant trois mois, la chance est grande que vous teniez aussi bon pendant un an. Faites le maximum pour atteindre ces trois mois. Après, l'envie de tirer sur une cigarette peut encore revenir, mais entre-temps vous avez déjà appris comment vous en détourner. Au fil du temps, il devient de plus en plus facile et agréable de vivre sans fumer.

Rechute
Si vous rechutez plusieurs fois ou si vous remarquez que vous fumez à nouveau tous les jours, vous pouvez considérer votre tentative d'arrêter de fumer comme un échec. Ne laissez pas la chose passer  ainsi et essayez à nouveau d'arrêter. Ne reportez pas votre essai, car c'est une perte de temps. Fixez une nouvelle date pour arrêter dans un futur proche. Repensez à vos raisons de vouloir arrêter, ainsi vous savez pourquoi vous voulez continuer. Demandez éventuellement conseil à des tiers. Vous verrez que la persévérance paie.


QUAND CONSULTER UN MEDECIN?

Consultez votre médecin
- Si vous êtes enceinte ou allaitez.
- Si vous avez eu un infarctus ou un accident vasculaire cérébral.
- Si vous avez une angine de poitrine (douleur à la poitrine, le plus souvent au cours d'un effort).
- Si vous souffrez de troubles cardiaques.
- Si vous voulez utiliser des gommes à mâcher et que vous avez une inflammation de la gorge ou de l'oesophage.
- Si vous voulez utiliser des patchs mais que vous souffrez d'affections chroniques de la peau comme l'eczéma ou le psoriasis.
- Si vous avez moins de 18 ans.
- Si cela échoue avec des moyens de remplacement de la nicotine.
- Si vous souffrez du foie.
- Si vous avez une tumeur des surrénales.
- Si vous avez le diabète et que vous prenez de l'insuline.
- Si vous avez un ulcère à l'estomac.
- Si vous avez une hyperthyroïdie, c'est la glande thyroïde qui est trop active.
- Si vous prenez certains médicaments comme de l'héparine (coagulation du sang), de la théophylline    ( en cas d'affections des voies respiratoires), des antiarythmiques et des médicaments contre l'angor, certains antidépresseurs tricycliques et neuroleptiques, de l'insuline (diabète) ou des médicaments contre les ulcères à l'estomac

ARRETEZ DE FUMER, PENSEZ A VOUS ET AUX PERSONNES AUTOUR DE VOUS!